Texte qui m'émeut toujours autant

En toute simplicité, je vous partage cette fringance légère & puissante alchimie de mots...


"Si tu garde ta tête, quand autour de toi,

Tous perdront la leur, et t'en accuseront, toi,

Si tu peux croire en toi, quand, de toi, tous, ils doutent

Sans pourtant négliger le moindre de leurs doutes.

Si tu peux patienter sans être impatient,

Ou si l'on ment sur toi, n'user pas de mensonge,

Si couvert de haine, de haine tu ne rends,

Mais sans sembler trop bon ou sans parler trop sage.


Si tu peux rêver sans qu'un rêve soit ton maître

Si tu peux penser sans que penser soit ta mire.

Si tu peux rencontrer Triomphe après désastre,

Et traiter ces deux imposteurs d'un même cœur ;

Si tu peux supporter d'entendre tes mots doux

Truqués par des filous pour exciter les fous,

Voir ce à quoi tu as donné ta vie, détruit,

Puis, brisé, reconstruire avec de vieux outils.


Si tu sais jouer tapis des gains que tu amasses

Et tout risquer sur un seul jeu de pile-ou-face,

Et, ayant tout perdu, repartir à zéro

Et sur cette perte, ne jamais dire mot.

Si ton cœur, tes tendons, tes nerfs, tu peux contraindre

A te servir après les avoir vus s'éteindre

Et pourtant tenir bon quand en toi,

rien de bon

Sauf ton vouloir demeure et leur dit : "tenez bon !"


Si tu parles peuple sans brader ta valeur,

Marches avec les rois sans perdre ta pudeur,

Si rivaux ou amis ne te causent de maux,

Si tout homme t'est cher mais qu'aucun ne l'est trop

Et si tu peux remplir chaque heure impitoyable

De trois mille six cents second profitables,

Tienne est la Terre et les merveilles qui l'emplissent

Et beaucoup plus : tu seras un homme, mon fils."


Rudyard Kipling, "If", 1910


Bien à vous,

Estelle Le Madec

Energéticienne